This is not a love song
This is not a love song
This is not a love song
This is not a love song
This is not a love song

00.00.0000

Didier Faustino, This is not a love song


Natalie Seroussi habite depuis 26 ans un lieu où art et architecture sont intimement mêlés. Le cadre de l’incroyable villa conçue dans les années 50 par André Bloc (figure tutélaire de l’architecture d’aujourd’hui) a une incidence sur son travail de galeriste et sa sensibilité de collectionneuse. Depuis 2008, Natalie Seroussi invite chaque année un artiste à dialoguer avec ce patrimoine architectural si particulier. En 2014 elle a demandé à Didier Faustino d’intervenir à la fois comme plasticien et architecte. Sur cette invitation Didier Faustino installe un éclat d’architecture, une installation en forme d’explosion réduite à sa plus simple expression afin d’accueillir les événements à venir dans ce lieu si particulier, manifeste de la dualité art/architecture.


«Cette proposition contextuelle fait écho à l’architecture d’André Bloc qui tend à s’affranchir de la fonction par la construction de sculpture-habitacles. Dans un même geste, en voulant libérer la forme, Bloc condamne la place du corps dans son architecture. Là est l’histoire de ce lieu. Ce territoire, dans l’ambiguïté entre architecture et sculpture est très proche du mien. Aujourd’hui ce n’est plus seulement le corps physique qui doit regagner l’architecture mais aussi le corps social. Le triomphe de l’architecture comme sujet imposé doit prendre fin. Ma proposition se présente donc sous la forme d’une sculpture-événement qui fait face à la sculpture-habitacle afin de toucher l’architecture de façon minimale, en ne faisant que cadrer un espace en attente de corps. Le titre This is not a Love Song, inspiré du titre éponyme de Public Image Limited, appuie le détachement que j’opère vis à vis d’André Bloc ainsi que la possibilité du devenir de cette sculpture en architecture, installation, performance ou encore en espace événementiel…» résume Didier Faustino.

Crédit photo: Felipe Ribon
Texte: Domus/Journal du design, Octobre 2014

SOLO Office Kersten Geers David Van Severen
Los Carpinteros

Espace d’architecture contemporaine, Paris

Los Carpinteros